Mayotte

Menu

Introduction

Ici on est en France, et pourtant… Ce petit bout de territoire de 376km2, perdu dans le Canal du Mozambique, offre un dépaysement comme on le retrouve dans peu d’endroits. Sa population bigarrée aux coutumes et aux langues ancestrales, sa faune et sa flore incroyables et surtout son lagon, l’un des plus grands au monde, en font une destination unique. “L’Ile aux Parfums”, comme elle est surnommée à cause de sa profusion de plantations d’ylang-ylang, est composée des îles de Grande-Terre et Petite-Terre ainsi que d’une multitude d’îlots. Elle vous attend pour un séjour authentique, loin du tourisme de masse. “Karibu Maore” (bienvenue à Mayotte) !

Peuplé dès le 7e siècle de populations swahilies et malgaches, l’Archipel des Comores où se situe Mayotte devient un sultanat chirazien (perse) du 15e au 19e siècle. Cette époque y établit un islam sunnite toujours pratiqué sur l’île. Malgré l’important trafic maritime vers les Indes, Mayotte est soigneusement évitée par les navires durant des siècles à cause de ses dangereux récifs de corail. Lors de la prise de Madagascar en 1840, la France prend conscience de l’existence de Mayotte suite à la demande de protection maritime du dernier sultan de l’île contre les tentatives d’invasions des sultans comoriens. Il vendra finalement l’île aux Français en 1841.

La France commença sa période de colonisation par l’abolition de l’esclavage en indemnisant les maîtres musulmans, puis tenta une exploitation sucrière qui s’avérera peu fructueuse. La France contrôlera ensuite toutes les Comores, les autres îles devenant des protectorats, instituant ainsi une différence de traitement entre les îles qui sera source de vives tensions. Jusque dans les années 70, l’archipel est déchiré entre indépendantistes (principalement comoriens) et pro-français (surtout mahorais). C’est la période des fameuses “Chatouilleuses” de Mayotte, qui chatouillaient les politiciens locaux pour les forcer à se rallier à la cause républicaine. En 1974, un référendum d’autodétermination est organisé aux Comores. Si plus de 90% de la population se prononce en faveur de l’indépendance, l’île de Mayotte vote largement pour le maintien dans la République. La France décidera donc de manière unilatérale de considérer le résultat île par île et de conserver Mayotte, provoquant l’ire des Comores. Jusqu’en 1994, l’ONU considérait Mayotte comme appartenant à l’Etat Comorien. En 2009, un référendum contesté par les Comores voit 95% des Mahorais voter pour la départementalisation. En 2011, Mayotte devient officiellement le 101e département de France.

Infos pratiques

Les saisons à Mayotte, située dans l’hémisphère Sud, sont inversées par rapport à l’Europe. Durant l’été austral, d’octobre à mars, il fait généralement plus de 30°C et il pleut plus souvent, surtout au Nord de l’île. C’est une saison d’abondance pour les fruits. Février et mars sont généralement les mois les plus humides. Les cyclones sont très rares à Mayotte, l’île étant protégée par Madagascar à l’Est.

L’hiver Austral, d’avril à septembre, est beaucoup plus sec. Les températures dépassent rarement les 28°C. C’est la saison idéale pour l’observation des baleines. La température du lagon est d’environ 25°C en hiver et peut dépasser les 28°C en été.

Formalités : Passeport suisse valable ou carte d’identité suisse valable


Vaccins : Aucun vaccin obligatoire


Monnaie : Euro


Langues : Français, Shimaore, Kibushi

La vie sur l’île

Îles et localités

Mayotte ne se limite pas à la nature luxuriante et aux plages de la Grande-Terre. D’autres lieux valent le détour:

 

Petite-Terre
Cette île de 11km2 est la plus développée au niveau urbanistique et économique. Elle comprend les communes de Dzaoudzi, Pamandzi et Labattoir. C’est ici que se trouve l’aéroport. Petite-Terre et Grande-Terre sont reliées par un ferry qui rythme la vie des habitants : la Barge. L’île est réputée pour le Lac Dziani, situé dans un ancien cratère, et pour des plages où viennent pondre de nombreuses tortues

 

Mamoudzou
Le chef-lieu de Mayotte compte environ 75’000 habitants et constitue un passage obligé de tout voyage puisque la barge en provenance de Petite-Terre y accoste. On y trouve un vaste marché couvert authentique et animé.

 

Autres villes
Plusieurs localités de l’île principale, toutes très typiques, présentent des points d’intérêts variés. On notera Tsingoni, première capitale chirazienne qui abrite la plus vieille mosquée de France, Bandrélé et sa production artisanale de sel, Longoni et son port commercial, Coconi et son jardin botanique ou encore Sada et ses maisons colorées à flanc de colline.

Population

Mayotte, qui comptait 3’000 habitants en 1840 et plus de 300’000 aujourd’hui, est le département français qui connaît la plus forte croissance démographique. Celle-ci est autant due à la forte fécondité qu’à l’immigration, en partie clandestine, venant des pays voisins attirés par ce petit bout d’Europe. La moitié de la population a moins de 20 ans. Les origines des habitants sont principalement swahilie (parlant le shimaore), malgache (parlant le kibushi) et comorienne. Si plus de 95% de la population pratique un islam sunnite modéré et tolérant, la société reste organisée en un système matriarcal qui voit les femmes posséder la maison familiale et régir la vie économique et politique. Il n’est pas rare de voir des femmes porter le “m’sindzano”, masque de beauté obtenu à partir de poudre de bois de santal.

Nature

Côté Mer
Une barrière de corail de près de 200km forme un lagon d’environ 1’500km2, ce qui en fait le 3ème plus grand au monde. Entièrement protégé et candidat au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, c’est un “terrain de jeux” exceptionnel pour tous les amoureux de la mer. On y pratique le snorkeling et la plongée pour y découvrir des étendues de corail d’une exceptionnelle beauté, abritant de nombreuses espèces de poissons, requins, raies, tortues et de rares dugongs. Une escapade dans le lagon en bateau, c’est l’assurance d’observer des cétacés, le lagon abritant plusieurs espèces de dauphins ainsi que des baleines.

 

Saisons d’observation des espèces :
   · Raies Manta: février à juin
   · Baleines à Bosse: juillet à octobre (période de mise bas)
   · Dauphins: toute l’année
   · Tortues: toute l’année (pointe des pontes de mars à juin)

 

Côté Terre
La star incontestée à Mayotte est le maki, espèce de lémurien endémique raffolant des nombreux fruits offerts par la végétation de l’île. Tout aussi gourmande, la roussette s’observe principalement en fin de journée.
L’emblème de la flore mahoraise est le baobab géant, qu’on trouve en abondance sur le littoral de la partie Sud de l’île, plus sèche. Les autres plantes ayant contribué à la célébrité de l’île son l’ylang-ylang, dont Mayotte est l’un des plus gros producteurs, et le cannelier poussant par forêts entières au centre de l’île.
Un GR (Sentier de Grande Randonnée) fait le tour de l’île. Un immanquable pour les randonneurs est l’ascension du Mont Choungui, reconnaissable par sa forme conique.

Tourisme

Mayotte accueille à peine plus de 50’000 touristes par an, ce qui en fait une destination privilégiée pour les personnes fuyant le tourisme de masse. La majorité de ces “touristes” sont en fait des personnes visitant de la famille sur place. Il existe peu d’hôtels sur l’île, et le plus grand d’entre eux compte seulement 30 chambres. Ici, pas de resort animé, de “club all-inclusive” ni d’hôtellerie de luxe. On vient à Mayotte pour profiter de son magnifique lagon protégé, de sa population traditionnelle et de sa végétation unique.

Population

Mayotte, qui comptait 3’000 habitants en 1840 et plus de 300’000 aujourd’hui, est le département français qui connaît la plus forte croissance démographique. Celle-ci est autant due à la forte fécondité qu’à l’immigration, en partie clandestine, venant des pays voisins attirés par ce petit bout d’Europe. La moitié de la population a moins de 20 ans. Les origines des habitants sont principalement swahilie (parlant le shimaore), malgache (parlant le kibushi) et comorienne. Si plus de 95% de la population pratique un islam sunnite modéré et tolérant, la société reste organisée en un système matriarcal qui voit les femmes posséder la maison familiale et régir la vie économique et politique. Il n’est pas rare de voir des femmes porter le “m’sindzano”, masque de beauté obtenu à partir de poudre de bois de santal.

Tourisme

Mayotte accueille à peine plus de 50’000 touristes par an, ce qui en fait une destination privilégiée pour les personnes fuyant le tourisme de masse. La majorité de ces “touristes” sont en fait des personnes visitant de la famille sur place. Il existe peu d’hôtels sur l’île, et le plus grand d’entre eux compte seulement 30 chambres. Ici, pas de resort animé, de “club all-inclusive” ni d’hôtellerie de luxe. On vient à Mayotte pour profiter de son magnifique lagon protégé, de sa population traditionnelle et de sa végétation unique.

Îles et localités

Mayotte ne se limite pas à la nature luxuriante et aux plages de la Grande-Terre. D’autres lieux valent le détour:

 

Petite-Terre
Cette île de 11km2 est la plus développée au niveau urbanistique et économique. Elle comprend les communes de Dzaoudzi, Pamandzi et Labattoir. C’est ici que se trouve l’aéroport. Petite-Terre et Grande-Terre sont reliées par un ferry qui rythme la vie des habitants : la Barge. L’île est réputée pour le Lac Dziani, situé dans un ancien cratère, et pour des plages où viennent pondre de nombreuses tortues

 

Mamoudzou
Le chef-lieu de Mayotte compte environ 75’000 habitants et constitue un passage obligé de tout voyage puisque la barge en provenance de Petite-Terre y accoste. On y trouve un vaste marché couvert authentique et animé.

 

Autres villes
Plusieurs localités de l’île principale, toutes très typiques, présentent des points d’intérêts variés. On notera Tsingoni, première capitale chirazienne qui abrite la plus vieille mosquée de France, Bandrélé et sa production artisanale de sel, Longoni et son port commercial, Coconi et son jardin botanique ou encore Sada et ses maisons colorées à flanc de colline.

Nature

Côté Mer
Une barrière de corail de près de 200km forme un lagon d’environ 1’500km2, ce qui en fait le 3ème plus grand au monde. Entièrement protégé et candidat au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, c’est un “terrain de jeux” exceptionnel pour tous les amoureux de la mer. On y pratique le snorkeling et la plongée pour y découvrir des étendues de corail d’une exceptionnelle beauté, abritant de nombreuses espèces de poissons, requins, raies, tortues et de rares dugongs. Une escapade dans le lagon en bateau, c’est l’assurance d’observer des cétacés, le lagon abritant plusieurs espèces de dauphins ainsi que des baleines.

 

Saisons d’observation des espèces :
   · Raies Manta: février à juin
   · Baleines à Bosse: juillet à octobre (période de mise bas)
   · Dauphins: toute l’année
   · Tortues: toute l’année (pointe des pontes de mars à juin)

 

Côté Terre
La star incontestée à Mayotte est le maki, espèce de lémurien endémique raffolant des nombreux fruits offerts par la végétation de l’île. Tout aussi gourmande, la roussette s’observe principalement en fin de journée.
L’emblème de la flore mahoraise est le baobab géant, qu’on trouve en abondance sur le littoral de la partie Sud de l’île, plus sèche. Les autres plantes ayant contribué à la célébrité de l’île son l’ylang-ylang, dont Mayotte est l’un des plus gros producteurs, et le cannelier poussant par forêts entières au centre de l’île.
Un GR (Sentier de Grande Randonnée) fait le tour de l’île. Un immanquable pour les randonneurs est l’ascension du Mont Choungui, reconnaissable par sa forme conique.

Photos